Vous êtes ici : Accueil > Nos publications > Retissons du lien avec la recherche > N°32 : Nos enfants sont-ils trop exposés aux écrans ? Anne-Lise Ducanda et (...)

Documents joints

Publié : 11 juin

Retissons du lien avec la recherche

N°32 : Nos enfants sont-ils trop exposés aux écrans ? Anne-Lise Ducanda et Carole Vanhoutte

Un constat effrayant ! Des études montrent que le temps passé devant les écrans peut troubler le développement de l’enfant à de multiples niveaux :
• socialement : les diagnostics du trouble du spectre autistique augmentent de façon exponentielle ces dernières années, une plus faible capacité à lire les émotions des autres...
• psychologiquement : retard dans l’apprentissage du langage...
• physiquement : des "mains-papillons" incapables de se fermer ou de tenir un objet, des yeux qui se focalisent à l’excès et des lunettes qui arrivent de plus en plus tôt, une augmentation de l’obésité infantile, un sommeil perturbé...

Ces constats sont d’autant plus inquiétants qu’il y a quelques décennies, le seul écran présent dans les foyers était la télévision... et qu’aujourd’hui, les enfants ont autour d’eux des smartphones, des tablettes, des ordinateurs et consoles portables.
Les médecins Anne-Lise Ducanda et Carole Vanhoutte, spécialistes de la petite enfance, évoquent , lors du téléphone sonne (France-Inter) de Mickaël Thébault les cas, rencontrés en cabinets, d’enfants exposés aux écrans près de six à sept heures par jour.

Combien de temps sur écran pour quel âge ?
Serge Tisseron recommande la règle des "3-6-9-12"
• 3 : Pas d’écran avant 3 ans, ou tout au moins les éviter le plus possible
• 6 : Pas de console de jeu portable avant 6 ans
• 9 : Pas d’Internet avant 9 ans, et Internet accompagné jusqu’à l’entrée en collège
• 12 : Internet seul à partir de 12 ans, avec prudence

Anne-Lise Ducanda et Carole Vanhoutte estiment cependant que la gestion des écrans, vu leur prolifération ces dernières années, doit se faire au niveau familial. Elles préfèrent "les 4 "pas" de la psychologue Sabine Duflo (inspiré des recommandations de l’Académie Américaine de Pédiatrie) :
pas d’écrans le matin
• pas d’écrans durant les repas
• pas d’écrans avant de s’endormir
• pas d’écrans dans la chambre de l’enfant

Anne-Lise Ducanda "Si l’enfant joue sur écran 30 mn puis va jouer aux petits soldats il n’y a pas de problème... Mais l’enfant délaisse ses jouets, même s’il a des jouets super-adaptés pour son âge : ce qu’il veut c’est les écrans". © Getty / JGI/Jamie Grill
Ces règles semblent être du simple bon sens. Mais les arguments marketing sont souvent rusés, et utilisent l’argument pédagogique : un jeu sur tablette qui permet d’apprendre l’anglais, par exemple. Carole Vanhoutte interroge : "Est-ce qu’un enfant de trois ans qui regarde une application lui apprenant le nom des couleurs en anglais en a besoin ?"
Elle ajoute :
Nous sommes dans une société de la performance, où on doit apprendre les choses plus vite, mais attention, arrêtons-nous sur ce qu’est un enfant et ce dont il a besoin
Vous pouvez écouter ou réécouter les intervenantes en cliquant sur le lien :
https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-06-juin-2017
et retrouver les documents en lien avec cette campagne de sensibilisation :
http://www.eps-ville-evrard.fr/actualites/actualite/news/4-pas-pour-mieux-avancer/